Le Festival du Nombril du Monde, premier jour.

 » Ra-len-tis-sez !

Et détendez-vous. Voilà, comme ça.

Ici la culture se goûte,

S’appréhende, dans la benaiserie,

Et s’étend len-te-ment,

Dans le temps

——————–

Ffffff…

Juste un souffle

sur vos oreilles…

Bienvenue

En

Terres cultivées !

Quatre  jours et quatre nuits pour venir battre la campagne et revenir plus fins, pour faire une expérience hors champs. On vous invite à participer au plein champ, au chant, au fertile, à la chaudure des partages humanité, de cris de bêtes et jeux stupides. Le Nombril du Monde revient à ses fondamentaux.

La campagne se dévoile, s’imagine.

Il est encore temps, compagnons. « 

-Yannick Jaulin

Malgré un temps maussade et un soupçon de pluie le public était au rendez-vous pour cette ouverture du festival, dans le petit village de Pougne-Hérisson (79).

Dès notre arrivée sur le site du festival, nous sommes accueillis par d’étranges hommes en rouge qui, au choix, content une petite histoire ou pausent une devinette. Ces personnages ne sont autres que la célèbre brigade d’intervention « U.C.C.T » (Unité de Contes Tout Terrain) et sont aussi là pour aider les visiteurs à acheminer leurs glacières jusqu’au champ Pinsard, où se tient un pique-nique géant. D’autres membres de la brigade nous y attendent pour égayer le repas, assistés des quatre musiciens de la Fanfarone de Grabbuge, pour nous faire attendre le début de la grande cérémonie d’ouverture, animée par le Captain Iglo.

« 1000 glacières contre le réchauffement climatique », voici ce que nous propose le Captain Iglo, incarné par le conteur du Nombril du Monde, Yannick Jaulain. Le programme suggérait aux visiteurs de venir avec des glacières rigides. C’est donc avec lesdites glacières, non pas 1000 mais plutôt une bonne cinquantaine, que les bénévole du Nombril ont fabriqué un igloo pour lutter contre le réchauffement climatique, sous les frasques du capitaine, retransmises par une traductrice franco-gesticulatrice.

 » On pourra faire une constatation, c’est que la glacière moderne est en général bleue !  »

-Captain Iglo.

C’est donc autour de ce monument incongru et avec une certaine sérénité que les visiteurs, pour un acte fort et symbolique pour la planète, se sont donné la main pour recréer la chaîne du froid. C’est aussi avec une grande tristesse que nous avons assisté à l’écroulement de l’igloo sur lui-même. Comme quoi le réchauffement climatique est un véritable problème. Captain Iglo nous invite donc à reproduire cette expérience un peu partout, pour faire reculer ce phénomène.

15h, arrive l’heure de la sieste. C’est sur un fond de musique diffusée par OmbilikFM, radio créée tout les deux ans pour le festival et hébergée sur les ondes de Radio Gâtine, que les festivaliers se sont répartis sur les différents lieux de sieste, selon leurs préférences. Pour notre part, nous avons opté pour une sieste musicale, embarqués dans 50 minutes de détente mélodique en compagnie d’un guitariste armé d’une boîte à effet, pour un résultat optimal de plénitude sur le champ des Oisifs. Une centaine de personnes s’y reposaient, que ce soit dans des chaises-longues, assis dans l’herbe, voir même allongés sur des chirons (rochers de la Gâtine). Ce fut un grand plaisir de voir à quel point le public s’est laissé porter et a, dès le premier jour, su jouer le jeu du festival.

 

Pour finir notre journée, nous embarquons pour le spectacle interactif « En turbulence avec Adèle R. » de la compagnie Tout Samba’L. Adèle R. personnage mi-femme, mi-oiselle, pense au fin fond de sa tête de linotte que l’homme du 21éme siècle sera un oiseau. C’est donc pour préparer son public à ce grand changement qu’Adèle, au travers d’une ballade de 1h15, de bonne humeur, nous guide vers notre transmutation en oiseau migrateur. Elle explore comment « l’animalité nous ramène à l’essentiel de l’existence, à notre humanité dans ce monde binaire et bestial. » C’est donc après avoir observé, mimé, appris des oiseaux que nous sommes repartis de ce premier jour de festival la tête pleine de souvenirs.

Publicités
Tagué , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :